Méditez en mangeant... bon pour la langue, pour l'estomac et la silhouette!


La méditation de pleine conscience va bien au-delà du coussin de méditation. La méditation est aussi dans votre assiette et autour de l’assiette. Naturellement, lorsqu’on vous propose un nouveau plat, une belle assiette ou un aliment qui sort de l’ordinaire, vous allez faire un moment d’arrêt pour humer l’aliment, pour l’observer, pour le palper. Pendant quelques secondes ou quelques minutes, vous vivez la pleine conscience du moment présent. Il se peut que cet instant se prolonge de plusieurs minutes, le temps de vous régaler. Ensuite, le pilote automatique prend le dessus et vous recommencer à manger machinalement.


Effectivement, l’acte de manger est très souvent un acte machinal, que vous faites sans trop y penser. Vous ingérez les aliments, les uns après les autres, sans vraiment y réfléchir, sans les regarder, trop souvent sans les goûter. Plusieurs personnes mangent devant la télévision, la tablette, le journal ou un livre. Ces actes distraient encore d’avantage de l’action de manger.


L’acte de manger est un acte d’une grande beauté et devrait être honoré comme il se doit. Si l’on prenait plus de temps pour manger, la digestion serait facilitée et l’excès de table serait, à toute fin, absente. Le corps connait ses besoins et lorsque vous manger en pleine conscience, vous pouvez répondre à son besoin sans trop plein.

Un exercice que je propose aux participants de mes cours consiste à manger un aliment (par exemple un raisin sec) en pleine conscience. Voici quelques indications pour réaliser cette méditation, que vous trouverez facilement sur Youtube.


· D’abord, munissez-vous d’un raisin sec.

· Faites ensuite les étapes suivantes lentement en consacrant environ une minute à chacune d’elles.

· Placez le raisin entre vos doigts et observez sa texture, son apparence, sa couleur, ses plis et replis.

· Amenez ensuite le raisin près de votre oreille et pressez-le doucement. Observez les sons s’il y en a.

· Dirigez le raisin vers vos narines et humez-le. Observez les odeurs qui s’en dégagent.

· Faites-le roulez sur vos lèvres lentement.

· Placez-le maintenant dans votre bouche, mais sans le croquer et observez la sensation sur votre langue, votre palais, vos gencives.

· Laissez le raisin rouler dans votre bouche et observez la salivation qui se déclenche et qui vous pousse à avaler. Résistez à cette tentation mais observez-la.

· Puis croquez doucement le raisin et mâchez-le le plus longtemps possible avant de l’avaler. Notez les goûts qui se dégagent.

· Lorsque vous êtes prêt à avaler, suivez son parcours jusque dans votre estomac.


Cette façon de manger ne vous est sûrement pas habituelle. Elle a peut-être suscité de l’impatience, ou même de l’indifférence. Encore là, observer vos émotions et vos sensations est la base de la pleine conscience.


Maintenant reporter cette expérience à vos repas quotidiens. Commencez par vous arrêter et contempler votre assiette, les couleurs, les textures etc. Puis poursuivez en n’en humer les arômes. Puis lentement, approcher la nourriture de votre bouche, mais sans vous précipiter, et goûter en prenant votre temps. Mastiquez lentement en observant les réactions de votre corps, de vos glandes salivaires etc. Ensuite avalez en sentant les aliments descendre jusqu’à votre estomac. C’est particulièrement remarquable lorsque c’est très chaud ou très froid. Prenez encore quelques bouchées de cette manière et ensuite vous pourrez reporter votre attention à ce qui vous entoure.

Même si vous n’avez jamais fait cet exercice, je vous invite à imaginer le bonheur de la personne qui a concocté le repas. N’y a-t-il pas, plus grande reconnaissance que de voir manger une personne de cette façon ?


Cela m’amène à la reconnaissance. Nous avons tous besoin de nourriture pour survivre, pour recharger nos batteries, pour le plaisir ou pour passer le temps. Mais qu’en est-il de la reconnaissance ? Si vous vivez en Amérique du nord, comme moi, vous connaissez une abondance de nourriture comme jamais. Dans les marchés publics, les super marchés, les épiceries fines, l’abondance est au rendez-vous. Des aliments de tous les coins du monde se côtoient sur les étalages et sur les tablettes. Vous n’avez qu’à déposer cette abondance dans votre panier, la payer et la préparer si ce n’est déjà fait. Pas besoin de la faire pousser et de la cueillir… D’autres, d’illustres inconnus, l’ont fait pour vous.


Lorsque vous vous apprêtez à manger, ayez une pensée de reconnaissance pour ceux qui ont permis que ces aliments arrivent dans votre assiette, qui ont plantées les graines, qui ont vu à leur développement, qui les ont ramassées, emballés, transporté etc. La reconnaissance va aussi à ces personnes qui ont préparé le repas. Lorsque vous manger, arrêtez-vous, pour remercier intérieurement toutes ces personnes. Vous aurez une digestion plus facile…


Bon appétit en toute gratitude !

36 vues

Espace méditation

(819) 762-4077

  • w-facebook

/espace.meditation